Les Plumes d'Or
Bienvenue sur Les Plumes D'Or !

Rejoignez notre communauté de passionnés et participez à nos compétitions cordiales mensuelles (en tant qu'écrivain et lecteur)

Partagez avec nous vos créations (écrits, dessins, musiques etc.) et mesurez-vous à nos membres au moyen des divers jeux de mots,

Nous serions ravis de vous compter parmi les nôtres, pour ce faire inscrivez-vous.

Les Plumes d'Or

FORUM D'ECRITURE
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Très belle inspiration à tous, partagez vos créations (récits, poésies, dessins, croquis etc.) dans tous les thèmes qui vous plaisent et notamment les derniers proposés : la lumière dans tous ses états, les supers-héros & Co. et les intrigues & énigmes ! Le combat, les treillis ... [img]https://smileys à toutes mes plumes

Partagez | 
 

 La fumeuse du deuxième étage [-16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sardes
Entiché
Entiché
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 23
Localisation : Rouen

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE:
PSEUDO:

MessageSujet: La fumeuse du deuxième étage [-16]   Sam 5 Sep - 17:06

La résidence où j'habite longe le port. Quand un camion passe, que quelqu'un emprunte les escaliers, les murs vibrent. C'est très à la mode, les conteneurs. L'intérêt, entre autres, c'est qu'ils s'emboîtent et offrent tout un panel de vis-à-vis. J'ai installé le bureau depuis lequel j'écris contre la fenêtre. De jour comme de nuit, mon regard se laisse déconcentrer par les passages, les lumières qui s'allument ou s'éteignent, les ombres projetées contre les fenêtres. Je suis un écrivain volatile. Mon regard est nymphomane.

Malgré la grisaille des conteneurs parfaitement assortie à celle du ciel, c'est un lieu vivant, vivifiant où le silence se laisse volontiers perturber par les rires, les appels, les bruits de talon sur le sol. C'est comme s'ils avaient été conçus pour moi. Comme si on m'offrait ce que je cherche en permanence dans la rue, les émissions dîtes de réalité, les livres, les récits de vie, les paroles interceptées entre deux rayons ou sur la terrasse d'un bar… Un observatoire sur le monde, comme s'ils étaient en cage sans le savoir. Ils se conduisent spontanément et n'ont pas conscience que depuis son bureau, quelqu'un les observe et vampirise leurs actions, leurs gestes, fantasme leurs existences et les dérange, ailleurs. Ce lieu est un poste de choix pour qui sait saisir toute la poésie et la romance de ces faits anodins, quotidiens que peu de gens examinent et qui disent pourtant l'essentiel. Il paraît que lire est l'une des activités les plus efficaces pour stimuler l'imaginaire, titiller les sens et pénétrer l'intellect. Mais porter son regard sur les autres, accueillir les fantasmes, les réemployer ; sentir les odeurs, écouter les pas et les éclats de rire, observer les agissement les plus naturels fait appel, du moins chez moi, à tout une salve de facultés, bien plus que ne savent le faire Balzac ou Austen.
Il est à peine dix heures, la nuit est déjà tombée. Les réverbères créent une ambiance de petite rue. J'ouvre les rideaux et m'installe au bureau. Au moment où j'allume une cigarette, une forme attire mon regard. En face de moi, sur le palier en métal du deuxième étage, une jeune femme se tient droite, devant la grille carrelée grise qui la sépare du vide. Elle fume. Nos regards se rencontrent dans l'obscurité. Les visages restent statiques. Tandis que je feins d'être concentré sur mon écran, mes yeux oscillent entre le clavier et sa silhouette. Mes mains commencent à s'agiter, prennent des notes, capturent les détails. Elle me regarde, je crois. De longues minutes passent, et au moment où mon attention revient vers le palier, elle n'y est plus. Apparition fugace. Pas une beauté spectaculaire, pas d'attrait particulier. Juste un fait banal, suffisamment pour sortir de l'ordinaire.

J'entends une voix. Une voix de femme qui appelle quelqu'un. C'est elle. Je la vois passer puis monter l'escalier avec deux garçons. A peine plus de dix-huit ans. Ils rient fort, elle ne dit rien. La lumière de son appartement s'allume et à partir de ce moment, je n'entrevois plus que des ombres qui s'approchent puis s'éloignent. Parfois, leurs visages m'apparaissent au coin de la fenêtre. Pourquoi mon regard ne parvient-il pas à s'en détacher ? Qu'importe, je sens l'excitation monter dans ma poitrine, mon esprit est en alerte et tout mon corps, toute mon âme sont captivés.

Alors, les ombres commencent à se mouvoir avec plus d'intensité. Des formes se dessinent et des scènes me viennent en tête. Je les vois se déshabiller, je vois leurs habits tomber contre le sol, sa tête au niveau de leurs genoux, son corps qui se cambre et les jambes de l'un d'eux fléchir. Ce ne sont que des ombres et pourtant, je perçois ses cheveux détachés, ses yeux évasifs, ses joues rouges de chaleur, ses fesses lisses – qui ne tarderont pas à rougir aussi -, l'imprimé du sol sur ses mains, ses poils humides, ses seins qui pointent et se balancent… Je vois leurs corps s'enchaîner, rompre tel mouvement pour prendre telle position. A certains moments, ils forment une ombre si parfaite, si unie que mon imagination déborde des plus grandes excentricités. J'entends des gémissements appuyés, des bruits de balancements, de succion, la table grincer, le lit rebondir et je sens, alors, l'odeur de sa transpiration, de  ses effluves et son haleine de fumeuse. Mes mains continuent à écrire, résistent à l'appel de mon pantalon. Puis les lumières s'éteignent.

Ils sortent. Je peine à me recentrer mais, au moment où ils passent devant ma fenêtre, je vois le grand carton de meuble que porte l'un, et la caisse à outils que porte l'autre. Je ne peux réprimer un petit rire, qu'elle remarque. Nos regards se croisent à nouveau. Ses joues sont bien rouges, ses tempes bien humides ; quant au reste, je ne peux en juger. Il me plaît de penser que mon imagination s'est peut-être un peu laissée emballer.
Revenir en haut Aller en bas
PlumeAPapote
Admin
avatar

Messages : 2364
Date d'inscription : 17/12/2014
Age : 25
Localisation : LYON
Emploi/loisirs : Grande prêtresse des Plumes Dorées
Humeur : Gourmande d'histoires

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Eillyn

MessageSujet: Re: La fumeuse du deuxième étage [-16]   Mer 16 Sep - 7:26

On est parfois surpris par la force de notre imaginaire Wink
Mais que serions nous sans lui ? Smile

_________________
L'écrivain suit ses personnages et non l’inverse
 https://smileys.surl




Et n'oubliez pas de participer à la compétition cordiale entre plumes https://smileys.surl


[url=http://www.smil  https://smileys.surl  https://smileys.surl  [url=http://www.smil
Revenir en haut Aller en bas
http://lesplumesdor.forumactif.org
Book-In
Addict
Addict
avatar

Messages : 355
Date d'inscription : 19/12/2014
Localisation : Dans tes songes ...
Emploi/loisirs : Gardien scrupuleux de l'ordre
Humeur : Cannibale Haha ha

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: PRINCE
PSEUDO: Ethelred

MessageSujet: Re: La fumeuse du deuxième étage [-16]   Lun 21 Sep - 13:27

Ah Very Happy ça me rappelle bien des choses, moi aussi je m'emballe quand j'observe la vie autour de moi

_________________
Rien de ce que fait un tueur en série n'est là par hasard
CHATTAM


Revenir en haut Aller en bas
 
La fumeuse du deuxième étage [-16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Numéro 37 - Je construis la Tour Eiffel - Que faire au deuxième étage ?
» SRManage - deuxième semestre 2010
» Deuxième télévision avec Naxoo
» Marie Marvingt en tant que Deuxième Classe Beaulieu du 42e
» [SOFT] IDISPLAY : Utiliser son tél en deuxième écran [Payant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Plumes d'Or :: COMPETITION CORDIALE :: ARCHIVES COMPETITIONS CORDIALES :: Thème : la douceur, les câlins, la romance...-
Sauter vers: