Les Plumes d'Or
Bienvenue sur Les Plumes D'Or !

Rejoignez notre communauté de passionnés et participez à nos compétitions cordiales mensuelles (en tant qu'écrivain et lecteur)

Partagez avec nous vos créations (écrits, dessins, musiques etc.) et mesurez-vous à nos membres au moyen des divers jeux de mots,

Nous serions ravis de vous compter parmi les nôtres, pour ce faire inscrivez-vous.

Les Plumes d'Or

FORUM D'ECRITURE
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Très belle inspiration à tous, partagez vos créations (récits, poésies, dessins, croquis etc.) dans tous les thèmes qui vous plaisent et notamment les derniers proposés : la lumière dans tous ses états, les supers-héros & Co. et les intrigues & énigmes ! Le combat, les treillis ... [img]https://smileys à toutes mes plumes

Partagez | 
 

 Découragement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Découragement   Lun 20 Juil - 17:02

Comment faire, quand on se décourage, quand tout à coup on se dit que l'on n'écrit peut-être pas assez bien de toute façon, que nos histoires n'auront jamais pour les soutenir un style qui les mette en valeur, qu'on ne pourrait jamais réussir à faire aussi bien qu'on le souhaiterait ?
Comment faire, quand, d'années en années, on reçoit de la part de personnes qui nous paraissent comme des "instances" en la matière, des commentaires décourageants dans lesquels on entend "c'est bien, mais ça n'est pas sérieux, mais sur le marché, ça ne vaut rien."

Il n'y a qu'une chose à faire, n'est-ce pas ? C'est continuer, c'est ne pas se décourager, c'est travailler, faire de son mieux, et puis faire mieux... Mais comment faire, quand, justement, on se décourage de faire mieux ?

Quand on se persuade lentement que ce n'est pas ça qu'il nous faut, quand on se dégoute, à cause de tout cela (de tous ceux là) d'écrire ? Parce que, le plaisir d'écrire, ça n'est pas le dégout de ne pas être "à la hauteur".
Rien n'est facile, mais peut-on prendre du plaisir, à se forcer ? Réaliser ses rêves en se dégoutant, au passage, de ce qui, auparavant, nous donnait notre envie de les réaliser ?

Alors, je me demande, moi qui suis dégouté d'écrire, qui ai compris que l'écriture ne m'apportait que la compétition, alors que j'exècre la compétition, qu'elle me dégoute, je me demande comment retrouver le plaisir d'écrire qu'on m'a ôté en me disant que je n'étais pas "à la hauteur"... Alors que j'écris par plaisir, et pas pour "être" quoi que ce soit.
Dans cette optique "d'être auteur", ou "d'être à la hauteur", je perds le gout d'aimer écrire, l'écriture me dégoute. Elle est comme un monstre visqueux qui tacherait mes doigts d'horreur.
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
PlumeAPapote
Admin
avatar

Messages : 2364
Date d'inscription : 17/12/2014
Age : 25
Localisation : LYON
Emploi/loisirs : Grande prêtresse des Plumes Dorées
Humeur : Gourmande d'histoires

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Eillyn

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 19:08

Alors Champinou écrit que pour tes lecteurs ! Ceux qui apprécient tes talents et tes efforts !
Je suis plutôt d'accord avec toi, le milieu de l'écriture pro s'éloigne du plaisir d'écriture et parfois même de la qualité...c'est un business
Continue mon champinou ne te décourage jamais ! Tes mots me touchent, m'envoute, me font réfléchir, j'aimerais parvenir à écrire aussi bien que toi https://smileys.surl.

Continue tes projets, fais nous rêver !

_________________
L'écrivain suit ses personnages et non l’inverse
 https://smileys.surl




Et n'oubliez pas de participer à la compétition cordiale entre plumes https://smileys.surl


[url=http://www.smil  https://smileys.surl  https://smileys.surl  [url=http://www.smil
Revenir en haut Aller en bas
http://lesplumesdor.forumactif.org
Nyx
Very Addict
Very Addict
avatar

Messages : 947
Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 23
Localisation : Au coeur des mots
Humeur : Curieuse

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Isilys

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 19:11

Oh Champi.. Ton message est rempli de détresse.. Que puis-je te dire ? D'oublier ce que les autres te disent pour continuer par toi même ? Abandonnder les avis un moment pour te rretrouver, repenser à tes débuts, te retrouver ? Je ne sais pas trop à vrai dire.. Mais je sais que lorsqu'on a l'amour des mots comme toi, celui-ci ne s'en va jamais vraiment..
Courage mon Champi, crois en toi, en ce que tu fais, en qui tu es.


_________________
"Je suis d'humeur à me dissoudre dans le ciel." - Virginia Woolf -



Revenir en haut Aller en bas
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 20:33

Merci, vos messages me touchent *Champignon essuie une petite larme*

Je suis assez... comment dire ? plein de recul, ces derniers temps. Je mets en question pas mal de choses auxquelles je n'ai même pas envisagé de toucher pendant des années.
Et, quand tu parles des débuts, chère Nyx, oui, bien sûr que j'y pense.
Mes débuts, c'était... un découragement.
Mes débuts, c'était de me dire : "je ne sais pas assez bien dessiner pour transmettre mes histoires de cette manière, écrire m'a l'air plus simple, alors je vais écrire, plutôt"
À l'époque, je n'ai consulté personne. À l'époque, j'étais jeune et inexpérimenté et personne pour me dire que si, j'avais du talent en dessin, et que si je prenais des cours, je pourrais le faire, ce que je veux avec mes dessins (c'est avec le recul que je me rends compte de cela).
J'ai commencé à écrire par dépit de ne pas savoir dessiner. Je pense que c'est ce qui me donne mon style... Mais j'ai commencé à écrire, aussi, surtout ? parce que j'ai lu quelques livres qui m'ont montré que les livres, sans images, pouvaient m'emporter. Je me suis dit "je veux faire ça" (enfin... c'est le mythe que je me suis créé, après coup. Je ne sais même pas si c'est vrai)
Et puis... J'ai lu Pierre Bottero et je l'ai aimé si fort et c'est lui mon véritable maître. Parce qu'il y a de l'amour, dans ses romans, avant tout, parce qu'ils débordent d'amour et d'amour et d'amour. De légèreté et puis d'amour.

Et... je ne sais pas si j'aime les mots. Je suis un peu dégouté des mots. De ceux des autres, surtout, de tous ces mots qui mentent, qui manipulent, qui se moquent. De tous ces mots que l'on fait mentir, que l'on manipule, dont on se moque.
Alors, je ne sais pas si j'aime les mots, peut-être oui. Je pense que je les aime assez pour détester qu'on se prenne pour leur maître.
Je n'aime pas ces gens qui arrivent avec leur prétention et leur snobisme et disent "je serai écrivain" et veulent l'être à tout prix, et reconnus comme tels. À quoi bon ? Est-ce que c'est cela le bonheur ? Écoper d'un titre ronflant, pouvoir se la jouer cool à la Tv avec pleins de grands idéaux, se la jouer "je suis écrivain". Ouais... ça ne me parle vraiment pas. La prétention, l'égo, "être écrivain"... c'est pas pour ça que j'ai signé, avec les mots.
Car, ouais, j'ai bien signé avec les mots. Un contrat, un sacré contrat.
J'ai signé avec les mots et pas avec le titre d'écrivain pour les asservir.

J'ai signé avec les mots. Mon but, ça n'est pas le titre. Un titre, ça n'est pas un but. Je suis ce que je suis et advienne que pourra.
J'ai signé avec les mots, et je signe, à présent, avec les formes et avec les couleurs.
Un contrat pour faire des histoires.
C'est tout ce qui m'importe, en vrai. Le chemin et le lieu précis où il débouche.

Si ça ne nous emmène nulle-part, à quoi bon ?

Alors, ça me touche vraiment quand tu me dis Plume que mes mots t'emportent. ça me touche toujours, quand on me dit cela. ça me fait un immense plaisir de réussir à vous emporter avec quelques uns de mes mots, là où je me suis égarée un instant.

C'est pour le partage, que je fais tout cela. C'est pour le partage que j'écris, que je dessine... Partager tout ce qui me vient, de bien, de beau, et vous montrer un peu, comment c'était, là-bas. Parce que c'est beau et que ce serait bien dommage, d'être la seule à voir tout ça.
J'écris juste pour ça. Mais cela me dégoute. Peut-être pas seulement l'écriture mais... peut-être plus que ça. Le monde, et sa haine, et sa rancœur, sa prétention, sa méfiance, son égocentrisme, son égoïsme et puis sa peur. Sa peur et son besoin de contrôler les mots. De les faire mentir, de les faire dire, de les faire trahir. Sa peur et son besoin de manipulation et de contrôle. Je ne comprends pas tout ça.

Je n'aspire qu'au partage. ça ne renie pas la propriété, hein, me traitez pas de communiste ! Ahah !

Il y a quelques jours, j'ai écris, sur un de mes cahiers : "les mots enferment". Et je l'ai encadré, bien quatre fois. Mais hier j'ai écris une nouvelle, pour le concours des Plumes nocturnes. Pas en entière, j'ai repris un début que j'avais inscrit autre part, mais... ça a été un plaisir fou, d'écrire. Prendre du plaisir à écrire. Je n'écrivais pas pour écrire. Je n'écrivais pas en pensant "je suis en train d'écrire", et je n'écrivais pas pour le public non plus. Mais... pour ce fragment d'histoire.
Pour l'histoire, pour l'espoir, pour le propos. Pour tous les sentiments épars que j'ai glissé dedans.

Je m'égare tellement, à vous parler comme ça.

Mais il y a des gens qui ne comprennent pas cela : que l'on puisse s'égarer. C'est ce qu'il faut pourtant, pour trouver son chemin. Et ça permet, aussi, de voir un peu les choses hors du sentier battu.

Je dis que je suis dégouté d'écrire, mais c'est faux, en réalité. Il y a un certain nombre de choses que j'ai récemment eu pour projet d'écrire.

C'est juste que... en retrouvant une vieille histoire, que j'ai commencé à écrire, je me demande toujours si c'est vraiment ce qui lui va, à cette histoire, les mots. Et je me sens... terriblement inexpérimenté, dans un nombre incommensurable de domaines, pour donner à cette histoire ce qu'elle mérite. Parce que juste l'écrire, ce serait la contraindre à une petite boite.
Je sais à présent, après ma longue période de remise en cause, que l'écriture était juste la partie émergée de l'ice-berg. Pendant de longues années, je n'ai juré que par l'écriture. J'ai été prétentieux, moi aussi, à rêver d'être un écrivain. Mais maintenant je me souviens, du pourquoi, du pour quoi, de l'origine, de mes motivations. Et elle me dégoute cette facette de l'écriture qui est comme un amant jaloux, celle qui croit se suffire à elle-même.

À moi, elle ne me suffit pas. Alors je me demande si les mots m'accompagneront, dans mon voyage, avec conviction et passion, comme par le passé. Et si je trouverai une place pour eux entre mes taches de couleurs. S'ils ne vont pas s'entredévorer, les mots, les courbes et les couleurs.
Et je me dis, écrivant cela, que les mots, eux-mêmes, sont des courbes et des couleurs.

Même si... ce ne sont que les miens et que les autres ne comprennent pas à quel point ils sont beaux, les mots, tout tachés de couleur. Parce qu'ils font partie du tableau, partie de l'histoire. Je ne sais pas encore quoi en faire, mais je me pose la question.

Merci beaucoup, les amies, pour vos encouragements, et... pour vos yeux attentifs.
J'espère que j'y arriverai.
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
Nyx
Very Addict
Very Addict
avatar

Messages : 947
Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 23
Localisation : Au coeur des mots
Humeur : Curieuse

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Isilys

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 22:21

Continue de nous parler de tes états-d'âme comme ça, de tes pensées, je prends un immense plaisir à te lire. Je ne te lis pas pour dire que je lis, mais pour le plaisir de lire, de voyager, d'essayer de te comprendre, comme tu le fais avec les mots.
Je comprends ce que tu veux dire, ce que tu ressens, du moins je le pense.
J'aime ta vision des mots en couleur, des couleur qui forment des mots. Quand je te lis, là, ce gros pavé, je te sens vibrer. Pour tes passions, tes envies, tes doutes, tes pinceaux et tes crayons. Et c'est magnifique. Tu vibres, Champi, et c'est pour cela que j'aime te lire, pour vibrer un peu avec toi.
Tu arriverais à trouver ton chemin parmi tes doutes, tes questions, je le sais !!

_________________
"Je suis d'humeur à me dissoudre dans le ciel." - Virginia Woolf -



Revenir en haut Aller en bas
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 23:19

Merci Nynyx *champignon essuie une deuxième petite larme*

_________________
« Il y a deux catégories d’êtres intelligents : ceux dont l’esprit rayonne et ceux qui brillent ; les premiers éclairent leur entourage, les seconds le plongent dans les ténèbres. » Marie EBNER VON ESCHENBACH

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
Ginie
Charmé
Charmé
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 29
Localisation : Ici-bas
Emploi/loisirs : Coach bien-être

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: BARDE
PSEUDO: Bélior

MessageSujet: Re: Découragement   Lun 20 Juil - 23:53

Toi, je te connais pas... mais t'es carrément givré !

Il y a pas un auteur au monde qui puisse dire qu'il est étranger à ce sentiment de frustration... Aucun ! On est tous passé dans cette exacte même phase de doutes, de remises en question sur remises en question, de changement de style, d'idée, etc... et on y passera peut-être encore... Ce n'est pas grave !
Je sais que tu es frustré et déçu... pourquoi lui et pas moi ? comment ? que faire, qui,... STOP !


Je vais te donner un petit conseil, que je donne à beaucoup de mes clients, c'est pas vraiment un scoop Wink
Écris-toi une petite phrase d'encouragement sur un papier : une citation, une phrase inventée, ce que tu veux. Et chaque jour, tu prends un moment, seul, tranquille, et tu la lis, plusieurs fois : vite, lentement, dans ta tête à haute voix... comme tu préfères, mais tu t’imprègne bien de cette phrase en te la répétant comme une leçon dure à apprendre.
Au bout d'un moment tu verras qu'à chaque fois qu'on te diras 'non', à la place de ressentir cette boule de malaise et de rage qui se pelotonne dans ton ventre, tu auras l'impression que tes poumons se gonflent et que tu es à la fois plus léger et plus fort.
Derrière chaque échec, il y a la graine de la réussite, mais il faut savoir prendre ce qu'on a te donner (critiques constructives)et oublier le reste ! Garder ta motivation bien en tête et dans le cœur à chaque instant.

Persévère et aies foi en ce que tu veux, sans JAMAIS te laisser tomber et tu finiras par y arriver. En attendant ce moment, n'oublie pas qu'il y a des gens qui croient en toi. Ils ne t'aideront pas à réaliser ton but, mais ils sont l'étincelle qu'il t'appartient à toi seul de transformer en brasier.


Et juste pour le plaisir : je trouve que ta façon à la fois brute et naïve de décrire tes sentiments est vraiment magnifique. La prose m'a accrochée du début à la fin et malgré les divagations tu as su maintenir le fil rouge de la pensée principale de manière admirable.
J'ai un avis très différent du tien, si tu permets, mais l'argumentation est suffisamment poignante pour qu'on comprenne cette vision là et qu'on la respecte.

Moi je dis : touchée !!! Wink

_________________
Ginie Leik

Littéralement Vôtre !
Revenir en haut Aller en bas
http://mytranah.ek.la
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Re: Découragement   Mar 21 Juil - 0:26

Waaaaoooh.

Merci pour tes conseils et tes encouragements Ginie.

Je suis vraiment un champignon ravi de lire qu'il y a des gens qui positivent dans la vie, comme tu le fais. C'est mon état d'esprit global, mais parfois, on se décourage, bien sûr... C'est agréable de se le faire dire, ça me conforte dans mon sentiment qu'effectivement je ne dois pas me décourager et que chaque échec pousse à la réussite.

J'ai malheureusement reçu peu de critiques constructives de la part des gens qui m'opposaient des refus... peu de critiques en vérité. Juste une feuille "vous êtes refusé" "dossier qui ne correspond pas suffisamment aux exigences de la formation", qu'est-ce que ça signifie ? C'est tellement sibyllin... et "exigences", tellement élitiste ! C'est à se dégouter.
Ou l'encore pire absence de réponse, impression fugace... Je fonctionne beaucoup à l'instinct et j'ai senti de la part d'une personne que j'estimais beaucoup le peu de foi en ce que je faisais. Vaguement confirmée par quelques mots lus dans un de ses textes...

L'impression... n'est pas... que je n'en suis pas capable, mais que je ne suis pas assez sérieux, que je ne me donne pas les "moyens" de réussir. C'est assez blessant, mais je note.
L'envie ne suffit pas, la passion ne suffit pas, il faut le travail. Il faut plus.
Mais si on ne prend plus de plaisir à faire quelque chose, alors... à quoi bon le faire ? Là est la question et je pense que c'est une question de mesure, d'équilibre, et de confiance en soi. Je pense aussi qu'il faut savoir se remettre en question, que rien n'est gagné, qu'il faut se donner les moyens de réussir.

Mais... je suis un peu comme tous les auteurs, je crois. Je cherche les réponses en écrivant. Je cherche à convaincre et je me persuade moi-même, en écrivant.
On attrape un bout de cette foutue pelote de laine et on la déroule, on la déroule, on la déroule, on se casse la tête à chaque noeud. Et quand le fil casse, on fait un noeud. On essaie de faire tenir le tout et on avance, on avance, on avance.

Le truc c'est que... à force de me concentrer sur mes problèmes de découragement, à force de me faire avancer moi-même, je ne fais pas tellement avancer mes projets. Mais je voudrais les porter un peu, mes projets. ça n'est pas tellement pour moi, que l'échec est cuisant. J'aimerais juste... que quelqu'un croie en mes projets. Alors, ça m'a fait un coup, le dernier refus, sibyllin. ça m'a fait un coup, les silences et les non-réponses de cette personne avec qui j'étais si enthousiasmée de travailler, comme si "tu n'en vaux pas la peine, tu n'en es pas capable, ça n'est pas travailler avec toi que je veux, tu n'es pas à la hauteur de mes projets"... tellement douloureux.

Mais... J'ai vraiment de quoi faire, quand même. Parce que... j'en ai des projets à porter, et cela me motive et me donne l'envie de faire de mon mieux.
Parfois j'ai peur, que mon mieux ne suffise pas. Parfois j'ai peur, d'avoir loupé le coche.
Et alors ?
Et alors je continuerai quand même et je ferai de mon mieux quand même !
Parce qu'elles le valent bien, mes histoires, et puis mes personnages, quand même !
Alors allez, on se motive !

(et oui oui ça m'aide aussi de parler tout seul, j'ai besoin de partager, mwouahahah)

Alors, je te dis merci, Ginie, pour ton passage et pour ton avis, et aussi, bien sûr, merci d'être d'accord avec toi-même sur le fait que tu n'es pas d'accord avec moi et de ne pas hésiter à me le dire. Je te le confirme : ça ne me dérange pas qu'on ne soit pas d'accord avec moi. Je trouve ça relativement tout à fait normal. J'aime qu'on me donne son avis mais je n'aime pas qu'on me dise que le mien est irrecevable. Tu ne l'as pas fait, et je t'en remercie. Et je pense, dès lors, qu'on devrait bien s'entendre (et ptétre même avoir des conversations intéressantes)

Alors je suis d'autant plus content que tu aies franchi le pas de t'inscrire sur ce forum !

Au plaisir de te croiser derrière une feuille !
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
Ginie
Charmé
Charmé
avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 20/07/2015
Age : 29
Localisation : Ici-bas
Emploi/loisirs : Coach bien-être

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: BARDE
PSEUDO: Bélior

MessageSujet: Re: Découragement   Mar 21 Juil - 0:58

Là, c'est la coach qui te parle.

Convaincre les autres si toi-même, dans ton entierté physique, morale et spirituelle n'est pas convaincu, c'est juste être vaincu d'avance.
Prends ce temps pour harmoniser ton Toi. Commence par visualiser clairement celui que tu veux être plus tard. Visualise précisément cette personne. En suite, convaincs ton corps que tu es déjà cette personne. Habille toi comme lui, comporte toi comme lui, parle comme lui... Puis ton esprit : pense comme lui et pense à lui, agis comme lui et rumine ce 'lui' en permanence pour t'en imprégner finalement dans ton subconscient.
C'est pas juste mon délire, je précise. J'étudie le développement personnel depuis un moment déjà et la clé ultime de la réussite c'est de faire d'un rêve une véritable obsession.
Mon 'Moi' correspond à l'idée que JE me fais de moi dans le futur. Les relations que j'aurai, mon comportement, ma réputation... tout s'est construit hier pour demain. Et on est TOUS un 'Moi' en devenir, si on s'acharne, si on s'obstine et si on EST déjà ce 'Moi de plus tard'.
Et peu importe les portes qui se ferment et les gens que tu perds tant que tu restes fidèle à cet objectif là, tu ne pourras pas te rater ! Et merde, oui ça fait gravement chier de perdre un pote, mais si il n'a rien à t'apporter et qu'il te plombe TON rêve, TON avancement, TON envole, alors merde surtout pour sa gueule et HAUTS LES CŒURS !


Et si c'est le nuage de vapeurs de lotus hallucinogène qui fait péter des feux d'artifesses qui te parler, sache qu'il a juste à dire au creux de l'oreille... si on doit causer, apporte de la binouze et je ferai tourner ma feuillerêve avec plaiz' Wink

_________________
Ginie Leik

Littéralement Vôtre !
Revenir en haut Aller en bas
http://mytranah.ek.la
Sardes
Entiché
Entiché
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 07/04/2015
Age : 23
Localisation : Rouen

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE:
PSEUDO:

MessageSujet: Re: Découragement   Mar 21 Juil - 1:57

Moi, je crois en toi.
Sincèrement.

J'aime ce que tu fais, ce que tu écris. Plus encore quand tu écris sur toi, avec tes mots à toi ; comme ici. J'ai été touché.

Alors, quoi qu'il en soit, bon courage. Que cette remise en question, cette frustration et ce ras-le-bol te soient salvateurs - ils le sont toujours -.

Tu as du talent, de l'envie, un imaginaire, un monde, une voix. Fais ce qui te plait, à toi, et c'est uniquement de cette manière que tu pourras, éventuellement, partager puis plaire aux autres.

Ne te désespère pas, pense à tous ces écrivains et artistes refusés par les institutions, descendus par la critique... Qu'on admire tous aujourd'hui, pourtant. Et même, ne pense plus à la réception. Il faut que tu gagnes, et c'est notre défi à tous (je crois) l'égo qui te permettra de te dire : fuck vos avis, ce qui compte, c'est que ça me corresponde à moi.

Bref passage ici, mais je tenais à te dire ça.
Je t'embrasse, et j'espère pouvoir continuer à te lire, même silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Re: Découragement   Mar 21 Juil - 13:40

Merci à nouveau pour tes conseils Ginie-Génie. Je n'en suis pas encore à les appliquer mais ça va tourner et retourner dans ma tête et je suis sûr que je finirai par en faire quelque chose !

C'est aussi la conclusion à laquelle je suis venu : qu'il était hypocrite de demander aux autres de croire en quelque chose en laquelle nous-même on ne croit pas, à laquelle on ne donne pas, nous-même, les moyens d'exister et de réussir. J'en suis là et je me martèle le cerveau pour envoyer sur les roses le découragement et la flemme, qui n'ont strictement rien à faire dans ma vie. Alors... ça dégoute un peu quand quelqu'un qui me semble n'avoir pour rêve que le titre et l’esbroufe arrive à convaincre quand moi je n'y arrive pas. Mais je sais que je ne suis pas assez bien encore pour convaincre, assez... hm... possédé par mes rêves pour les porter. On y viendra. On y vient, peu à peu.

On y vient et j'ai plutôt la rage.
J'y travaille, je prends enfin ce temps de me prendre au sérieux. Ce qui m'étonne, surtout, c'est que ce n'est ni instantané ni évident. Là aussi, il faut se donner les moyens.


Sardes : tu n'es pas obligé de me lire silencieusement, tu peux me laisser des commentaires, qu'ils soient constructifs ou encourageants. ça aide toujours, un petit mot pour aider à aller de l'avant...

_________________
« Il y a deux catégories d’êtres intelligents : ceux dont l’esprit rayonne et ceux qui brillent ; les premiers éclairent leur entourage, les seconds le plongent dans les ténèbres. » Marie EBNER VON ESCHENBACH

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
Champignon
Crazy Addict
Crazy Addict
avatar

Messages : 2164
Date d'inscription : 22/01/2015
Emploi/loisirs : Gardien de la forêt

Identité jeu "Quête"
CATEGORIE: ENCHANTERESSE
PSEUDO: Chanterelle

MessageSujet: Re: Découragement   Mar 3 Nov - 21:09

Quelques mois plus tard, je relis tout ça... Et si dans quelques mois, je devais le relire encore, je vais y ajouter un mot.

Tu ne sais pas quel est ton problème, petit champignon ? moi, grand champignon en devenir, vais te le dire : tu ne vas pas au bout des choses, tu n'oses rien terminer, rien rendre définitif. Tu crois que prendre un chemin c'est s'interdire tous les autres, tu pense que choisir un possible en tue des milliers d'autres. Je ne vais pas te contredire, petit Champignon, car c'est toujours ce que je pense.
Cependant (ou "mais", car il y en a toujours un) il faut bien tourner la page, terminer le livre, passer à autre chose. Tu enterres tes histoires d'amour comme un professionnel de la mise en bière, alors termine le reste, aussi. C'est quoi cette manie ridicule de ne pas oser achever ses personnages ? C'est le contraire de les tuer : tu les portes à la vie. Ne me dis pas que quand viendra le jour pour toi d'avoir des enfants, tu les tueras avant qu'ils naissent... Je sais bien qu'une esquisse de champignon a plus de choix de réalisation possible, mais il n'est pas question de toi-même, en réalité, mais de ce que tu crées, de ce que tu fais, de la manière dont, dans ta vie, tu tournes la page. Tournes les pages... Tu vois, dans ce monde infini où chaque jour est un jour nouveau, il y a de la place, il y a des pages et des pages et des pages blanches qui t'attendent. Des milliers et des milliers de pages. Ne me fais pas croire que tu as l'angoisse de la page blanche ! Je sais bien que c'est tout l'inverse, et que ça t'excite, les pages blanches. Parce que c'est autant de possibles.
Mais n'essaie pas de me convaincre que ces possibles sont en nombre fini, que tu ne pourras pas remplir ces pages blanches de nouvelles et nouvelles et encore nouvelles histoires, créations, bricoles farfelues... N'essaie pas de me faire croire que terminer un dessin, une histoire, autre chose, te fermera des portes, te fermera des livres. Tu SAIS que c'est FAUX. Tu SAIS que chaque page, chaque livre, chaque trait chaque rêve chaque jour chaque tentative chaque chose que tu entreprends, commence, termine, dessine, écris, clos et parachève, montre et partage, t'ouvre systématiquement des portes, des pages, des possibilités, des idées. Parce que la création engendre, nourrit et porte d'autres créations. Et tu le sais très bien. Alors, mange un morceau si tu as faim, prends tes crayons, tes feuilles, et colore-moi un peu cette vie, tu veux ?

Et le petit champignon de répondre : "oui je le veux"




Mais je sais, bon, que tu es pressé de tourner les pages, que tu es tellement pressé d'en découvrir de nouvelles que tu ne termines pas celles que tu as entre les mains, que tu en oublies la moitié, sur le bord de la table, déjà envolé vers l'ailleurs... Tu ne me tromperas pas... Mais tu sais aussi, mieux peut-être que moi, que tant que tu n'auras pas fabriqué telle ou telle clef, tu ne pourras pas ouvrir telle ou telle porte qui te fait envie... Tant que tu ne termines pas ce niveau, tu ne pourras pas accéder au suivant. ça s'appelle faire les choses dans l'ordre, ou bien les conditions sine qua non.

Allez, courage, petit champignon. Tu sais bien que c'est difficile, mais que ça en vaut mille fois la peine, pas vrai ?

Et le petit champignon de répondre : "vrai"

Vrai, vrai, c'est bien vrai. Est-ce donc la leçon difficile ? Il me reste, sur le coeur, ce sentiment étrange, que j'ai bien trop souvent, que je trimballe, comme le souvenir d'une planète lointaine, un accro au réel, comme un trou noir.

Peut-être parce qu'il ne s'agit pas de dire qu'on va terminer quelque chose, mais de le faire. Si ce poids sous le coeur est le fantôme de tout ce que je n'ai pas encore achevé, je gage qu'il ne me quittera avant plusieurs millions d'années. Mais quel est-il, en somme, ce poids étrange ? Est-ce que... cela m'importe véritablement ? Ne suis-je pas un champignon toujours perdu ? tout cela est ridicule.
Terminer quelque chose, c'est aussi simple que de tourner une page.

_________________
« Il y a deux catégories d’êtres intelligents : ceux dont l’esprit rayonne et ceux qui brillent ; les premiers éclairent leur entourage, les seconds le plongent dans les ténèbres. » Marie EBNER VON ESCHENBACH

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
 
Découragement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reflexion autours du Tango sur Bordeaux
» Découragement
» Comment surpasser les moments de flemme et de découragement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Plumes d'Or :: UNE MAIN TENDUE... :: CONSEILS D'ECRITURE-
Sauter vers: